Opération en Libye : Poutine évoque une « croisade », Medvedev pas content.

Un peu de virilité et d’honnêteté en la personne de Vladimir Poutine, ça fait du bien.

3medvedevputin.jpg

Le premier ministre russe Vladimir Poutine a vivement critiqué aujourd’hui la résolution de l’ONU autorisant le recours à la force en Libye, qui ressemble selon lui à un « appel aux croisades » et témoigne d’une tendance forte des Etats-Unis à recourir à la force contre des pays tiers. »Il est clair qu’elle (la résolution) autorise tout à tout le monde, n’importe quelle action à l’encontre d’un Etat souverain. Cela me fait penser à l’appel aux croisades à l’époque du Moyen-Age quand on appelait les gens à partir quelque part pour libérer cet endroit », a-t-il déclaré, cité par les agences russes.
« Ce qui m’inquiète, c’est la légèreté avec laquelle sont prises aujourd’hui les décisions concernant l’utilisation de la force dans les affaires internationales », a-t-il déclaré, ajoutant que « cela devient une tendance forte et une constante dans la (politique) des Etats-Unis ».

« Le régime libyen ne correspond pas aux critères d’un pays démocratique. C’est une évidence, mais cela ne signifie pas que nous avons le droit de nous ingérer dans un conflit politique intérieur, même s’il s’agit d’un conflit armé, en défendant l’une des parties impliquées », a-t-il ajouté.

M. Poutine a inscrit l’opération militaire actuellement en cours contre Mouammar Kadhafi dans un contexte plus large: « A l’époque de Bill Clinton, on a bombardé la Yougoslavie et Belgrade, (George) Bush a envoyé des troupes en Afghanistan, ensuite, sous de faux prétextes, on a envoyé des troupes en Irak. (…) Aujourd’hui c’est au tour de la Libye », a-t-il souligné. « Tout cela se fait sous prétexte de défendre la population civile. Où est la logique? Où est la conscience? Il n’y a là ni l’un ni l’autre », a-t-il martelé.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/

M. Medvedev,  a jugé « inadmissible » et « inacceptable » l’accusation de « croisade » lancée contre les Occidentaux, car ce genre d’expressions mène selon lui au « choc des civilisations ».

Il n’a pas cité M. Poutine, mais n’a guère laissé de doute sur la personne visée, et a défendu la politique étrangère dont il est, en qualité de chef de l’Etat, le seul responsable.

La Russie, qui dispose du droit de veto au Conseil de sécurité de l’ONU, s’est en effet contentée de s’abstenir et d’émettre des réserves lors du vote la semaine dernière de la résolution fustigée par Vladimir Poutine.

http://www.lepoint.fr/

Image de prévisualisation YouTube

 

 

cotedivoireverite |
la ville de DEMBENI |
assibondry789 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | La mini serre.
| didyousayamerica
| The raspoutine news