Alain Juppé rencontre les parents du détenu franco-palestinien Salah Hamouri

articlejuppe.jpgLe ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a rencontré vendredi matin à Jérusalem les parents d’un jeune Franco-Palestinien détenu en Israël depuis six ans et condamné pour tentative de meurtre d’un rabbin ultra-orthodoxe, a-t-on appris de sources concordantes.


articlejuppe.jpg
M. Juppé, qui achevait une visite en Israël et dans les Territoires palestiniens, s’est entretenu pendant près d’un quart d’heure avec les parents de Salah Hamouri, Denise et Hassan Hamouri dans un grand hôtel de Jérusalem, a-t-on appris de source diplomatique et auprès de la famille.

Ce geste symbolique quasi inédit pour un chef de la diplomatie française survient au lendemain d’une rencontre entre M. Juppé et les parents du sergent israélien Gilad Shalit, 24 ans, détenu depuis presque cinq ans par le mouvement islamiste Hamas dans la bande de Gaza.

Il m’a assuré qu’il avait, dans tous ses entretiens avec ses interlocuteurs israéliens, fait des demandes de clémence pour Salah, mais que malheureusement il avait trouvé chaque fois un refus, a déclaré à l’AFP Denise Hamouri, la mère du détenu.

C’est bien, il m’a expliqué ça franchement sans me faire miroiter quoi que ce soit, a-t-elle souligné.

On lui a parlé du dossier Shalit parce que c’est un petit peu lié. Il nous a dit que de toute façon, il nous prêtait une attention égale et qu’il voulait rencontrer les deux familles, a indiqué Mme Hamouri.

Je lui ai bien précisé que je souhaitais tout à fait que Gilad Shalit soit libéré, mais bien sûr dans le cadre d’un échange de prisonniers, et que c’était aussi le souhait de beaucoup de Palestiniens, a-t-elle souligné.

Dans une lettre publiée jeudi dans la presse palestinienne, Mme Hamouri avait demandé à rencontrer publiquement le ministre français, s’étonnant de ce deux poids-deux mesures.

M. Juppé a rappelé que Paris demandait la clémence des autorités israéliennes pour Salah Hamouri.

Il m’a demandé des nouvelles de mon fils, comment ça se passait en prison, ses conditions de visite, ses perspectives d’avenir aussi parce qu’il sera libérable en novembre, a ajouté Mme Hamouri.

Je lui ai bien expliqué que mon fils tenait à reprendre des études ici en Palestine puisqu’il a toujours refusé d’être renvoyé en France sans perspective de retour, a-t-elle dit.

On avait rencontré (Bernard) Kouchner en février 2008 avant le jugement de mon fils, très vite au consulat debout pendant deux minutes, a précisé Mme Hamouri, en référence à l’un des prédécesseurs de M. Juppé.

Salah Hamouri, 26 ans, arrêté en avril 2005, a été reconnu coupable en 2008 par un tribunal militaire israélien de projet d’assassinat du chef spirituel du parti ultra-orthodoxe Shass, le rabbin Ovadia Yossef. Il a toujours clamé son innocence.

Il aura purgé la totalité de sa peine le 28 novembre 2011.

En août 2009, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, dont la coalition gouvernementale comprend le parti Shass, avait rejeté la demande du président Nicolas Sarkozy de le libérer.

http://www.romandie.com/news/

 


Un commentaire

  1. Goydorak Go ! dit :

    poudre aux yeux …les actes ne prouvent pas une réel volonté .
    on nous prend pour des cons , non ? , barbatruc ! .

Répondre

cotedivoireverite |
la ville de DEMBENI |
assibondry789 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | La mini serre.
| didyousayamerica
| The raspoutine news