Lettre à Yassine, victime du chantage à l’antisémitisme

http://www.lamontagne.fr/photoSRC/W1ZTJ1FdUTgIBhVOGwYSHgYNQDUVGEdfQFxBT04SXg--/une-gare-sncf_744411.jpeg

Chère Yassine,

Je me permet de t’écrire cette lettre, qui j’espère te remontera un peu le moral, je suis un Français tout comme toi et catholique, j’ai suivi ton affaire du train  Montpellier-Lyon avec ce jeune juif qui se prénomme Lior, avec qui tu as eu une altercation. Ce qui aurait dû n’être qu’une bagarre entre jeune comme des milliers chaque jour est devenus une affaire d’État, d’ailleurs le  ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, dénoncera même un « acte antisémite« , soulignant que « les lois de la République prévoient, en réponse, des sanctions sévères« ,Avant même qu’une enquête ai pu déterminer ta culpabilité en tant qu’agresseur ainsi que la véracité du caractère antisémite, tu étais devenu l’incarnation de Mohamed Merah à en croire les Médias et autre 20 h.

Dans les premiers temps la presse sera unanime comme ici :

Nouvelobs.com :  Agression antisémite contre un élève de Toulouse : deux interpellations

Lepoint.com: Agression antisémite dans un train, deux hommes arrêtés

20minutes.fr: Agression antisémite dans un train: Deux personnes en garde à vue

Le Figaro.fr: Agression antisémite dans un train

Francetvinfo.fr: Un lycéen toulousain victime d’une agression antisémite dans un train

Et cerise sur le gâteau /  France Soir : Antisémitisme : Un ado qui avait échappé à Merah agressé

Bref , ton compte est bon !

Les jours suivant, le discours se mis à changer, les journaux commencèrent à émettre des doutes sur le caractère antisémite, et pour cause, les témoignages recueillis allaient en ta faveur. Pourtant le juge décidera de retenir le caractère antisémite, ce qui ne veut pas dire que cela était prouvé mais qu’une enquête dira si  oui ou non … , mais encore une fois les médias ne manqueront pas de titrer leur journaux et blog de façon à croire que le juge avait tranché, tu étais bien le coupable, celui par qui la haine du juif prend toute sa dimension.

Depuis peu, les journaux ne parlent plus de cette affaire et c’est bien dommage puisque le témoignage d’une personne âgée témoin de l’agression te donne raison dans tes dépositions, de même que tous les témoignages recueillis par la police. Seul le Midi Libre prendra en compte ta parole et te rendra un peu justice  en te laissant la parole pour la première fois.

Ton récit sur ce qui c’est passé dans ce TGV et dont tous les témoins sont d’accord est ici résumé :

Tu es dans le train avec un collègue, tu va faire des testes pour rentrer dans l’armée car tu veux devenir maître-chien dans l’infanterie pour servir la France. Tu as pris le TGV de 17 h 24 à Montpellier, wagon 15. 1 heure après le départ du TGV, un jeune homme (en infraction, sans ticket de train) manquera de civilité avec son téléphone portable (normalement interdit dans le wagon) en parlant très fort, au point de pouvoir déranger un bébé qui dormait à côté, s’ensuit l’altercation, le jeune Lior sera le premier a donner un coup (coup de tête, la personne âgée en témoigne) tu répondras par un coup de point et lui essayera de t’arracher les testicules, ton collègue viendra vous séparer ainsi qu’une autre personne du train. A la descente du train, vous convenez que personne ne portent plainte, bref retour à la vie et direction l’armée, les examens médicaux pour l’armé sont bons, à toi de vivre ton rêve de maître-chien … et là, 11h … tu vois la police arriver, tu comprends pourquoi, c’est la bagarre de tout à l’heure. La première fois que tu as  à faire à la police, stupeur quand tu apprends le caractère antisémite, comment aurais-tu pu savoir qu’il était juif  ? Pas de médaille de David contrairement à ce que disait les médias dans les premiers temps, ce sera le prénom du Frère du jeune juif qui t’aurais mis sur la piste, bien qu’à l’heure d’aujourd’hui tu ne connaisses toujours pas son prénom. Tu ne le sais pas, mais ton compte est fait, tu as commis le crime le plus abjecte, non d’avoir frappé un jeune homme mais de t’être défendu d’un jeune homme juif, sans ticket de transport, insolent par son incivilité, menteur par les dires de tous les témoignages amassés, tout est contre lui mais tous les médias sont contre toi, tu es un antisémite pour la grande parti des Français qui lisent les journaux.

Dans toute cette histoire, tu sors perdant mais tu gardes ta dignité. Tu dois savoir autre chose, beaucoup de Français, tout comme moi, savent décrypter la vérité et te soutiennent. Tu n’es pas le Merah antisémite délinquant, non, tu es un jeune homme de 18 ans sans casier judiciaire qui a voulu prendre son destin en main et rêvé de devenir maître chien et servir son pays la France, tu as fait obstacle à cette petite racaille qui troublait l’ordre publique, violent, voyageait gratuitement et menteur de surcroit, tu as fait ton devoir de citoyen Français et rien d’autre. Pour tout cela, je parle en mon nom et de tout ceux qui savent, bonne chance dans ta carrière et merci d’avoir mis en évidence (à ton insu) le deux poids deux mesures sans cesse grandissant, là ou le chantage à l’antisémitisme est devenu un cancer en France.

Mais disons le clairement, il y a bien eu une victime de l’antisémitisme et cette victime c’est toi Yassine le sémite.

Lettre de Christophe via pensetouseul

 



Agression antisémite : Une personne âgée (témoin qui a assisté à la bagarre) accuse le juif

Mais que fait la presse ?

L’affaire de l’agression soit disant antisémite est un fiasco total, du moins dans les faits et non dans les journaux alignés. C’est ce que révèle le sit Midi Libre qui a entendu la sœur de Yassine  l’un des deux jeunes Montpelliérains  mis en examen sur plainte du jeune juif dans l’affaire de la bagarre du train Montpellier-Lyon.

http://www.asia-soleil-travel.com/images/tauhoahue.jpg

 

Elle explique à Midi Libre :  « Une personne âgée est venue témoigner à Lyon après avoir assisté à la bagarre, indiquant que c’est le jeune plaignant qui a mis un coup de tête à mon frère tout en voulant lui arracher les testicules. Mon petit frère a voulu se défendre ».

Toute la presse laisse entendre que le jeune Yassine est le digne héritier de Mohammed Merah, ne recueillant que le témoignage de la (victime juive) sans se préoccuper de toute déontologie journalistique, alors même que tous les témoignages abondent du côté du jeune Yassine qui se rendait dans un centre de recrutement militaire à Lyon pour servir la France, sans casier judiciaire, ce jeune homme ainsi que les passagers du train dont une femme avec un bébé étaient excédés des hurlements du jeune juif (Lior) au téléphone portable, Yassine lui demande de stopper cette incivilité, s’ensuit des insultes entre les deux jeunes et le premier coup sera porté par Lior le jeune juif qui ne manquera pas de sortir la carte de l’antisémitisme pour échapper à ses responsabilités.

Le climat en France est insupportable, non pas pour les cas d’antisémitismes qui sont très minimes voir inexistants comparé à tous les meurtres, vols, viols … Le plus insupportable est d’accuser les Français d’antisémites, de rappeler le passé (39-45), de devoir se soumettre aux exigences du CRIF, de voir s’échapper la racaille LDJ dans le meurtre de Saïd Bourarach, crime raciste commis par des juifs et classé sans suite.

Le chantage à l’antisémitisme doit cesser pour les Français et les juifs qui ne se reconnaissent pas dans le CRIF, UEJF …

Voilà concrètement ce qu’est le chantage à l’antisémitisme :

Image de prévisualisation YouTube

Pensetouseul.

Liens :

Yassine, 18 ans, ce Montpellierain accusé d’avoir agressé un jeune juif dans le TGV parle

Plainte du jeune juif : Yassine, l’un des deux jeunes en examen, défendu par sa sœur

Antisémitisme, les témoins « train Toulouse-Lyon » nient tout propos antisémites



Antisémitisme, les témoins « train Toulouse-Lyon » nient tout propos antisémites

Ah l’antisémitisme… quelle saloperie, ça te tombe dessus un beau matin. Ça te bouffe la noix de coco …

Antisémitisme, les témoins

Les médias alignés ont crié d’une seul voix à l’antisémitisme dans l’affaire du train Toulouse-Lyon, un juif de 17 ans (Lior) agressé physiquement par deux jeunes magrébins (sans casier judiciaire) et faute ultime ils auraient eu des propos antisémites.

Ces mêmes médias dans un premier temps ne cherchent même pas à savoir le pourquoi du comment et reprennent la source AFP comme pour France soir qui titrera par :

« Un ado qui avait échappé à Merah agressé » ou le Nouvelobs.com :  « Agression antisémite contre un élève de Toulouse : deux interpellations »

Mais voilà … le doute s’installe sur le caractère antisémite de l’agression, en premier lieu les médias ne manquaient pas de parler d’une médaille de David qui aurait alerté l’agresseur et celui-ci aurait foncé tel une bête féroce, sauf que le jeune homme juif n’avait pas de médaille, en fin de compte l’appartenance religieuse du jeune Lior aurait été découverte suite à un coup de téléphone a son frère qui a un prénom juive oO.

Bref c’est du grand n’importe quoi. Pourtant une information de taille devrait alerter les médias,  puisque les témoins qui étaient présent dans le train nient tout propos antisémites, «parmi l’ensemble des témoignages recueillis, aucun ne fait état de propos antisémites», a indiqué à l’AFP.

De leur côté, les deux suspects, arrêtés et placés en garde à vue jeudi matin, expliquent que s’ils s’en sont pris au jeune homme, c’est parce qu’il ne cessait de téléphoner et parlait très fort dans le wagon, dérangeant les autres voyageurs et notamment un bébé qui dormait. Ils assurent qu’ils ne savaient pas que la victime était juive et soutiennent ne pas avoir tenu de propos antisémites. Leur garde à vue a été prolongée vendredi matin pour 24 heures supplémentaires.

D’ailleurs l’un d’eux a porté plainte contre la victime présumée pour coups et blessures. Il aurait expliqué aux enquêteurs avoir subi des violences de la part du jeune homme juif.

Les premiers témoignages de voyageurs recueillis par les enquêteurs vont dans le sens des deux jeunes agresseurs présumés, indique la police. Personne n’a entendu d’insultes à caractère antisémite. Mais la police cherche encore à interroger tous les passagers qui se trouvaient dans le wagon au moment de l’agression. lien

Pourtant, le caractère antisémite de l’agression est toujours retenu par le juge d’instruction.

Il n’est pas bon d’être goy sur la planète terre.

Pensetouseul



Ce qu’il faut savoir avant que les Homos se marient et adoptent

Les succès fulgurants du communautarisme juif et de son idéologie dominante ont suscité bien des vocations dans d’autres milieux ethniques ou nationaux. Souvent copié mais jamais égalé, pourrait-on dire cependant en considérant les modestes performances des autres groupes. En effet, à l’exception du parti arménien, aucune communauté n’a jamais réussi à imposer ses vues à l’ensemble de la caste politico-médiatique et à les cimenter comme « politiquement correctes » et « irréfutables ». Mais le poids et l’impact de la cause arménienne ne dépassent pas le niveau local. Elle joue sans doute un rôle dans les relations avec la Turquie ; à l’échelle mondiale, son importance est négligeable.

Ce qu'il faut savoir avant que les Homos se marient et adoptent dans Actu DTC9015_6x7-300x257

Pour trouver une idéologie communautariste digne d’être citée en même temps que le sionisme (mais loin derrière lui, cependant), il faut chercher dans un domaine tout à fait différent.

 

Dans son livre Les Khmers roses (2003), François Devoucoux du Buysson analyse l’ascension et le fonctionnement de la toute-puissante idéologie homosexuelle. Quelques citations tirées de cet essai :

  • « Les idéologues de la cause homosexuelle ont bien compris qu’ils ne pourraient pas susciter positivement l’adhésion d’une grande majorité de la population avec un discours minoritaire trouvant sa source dans un domaine aussi intime que la sexualité. C’est sans doute pourquoi ils adoptent plutôt une stratégie de contournement destinée à obtenir par la culpabilisation ce qui ne leur sera jamais dévolu dans un élan de sympathie qu’ils sont bien incapables de provoquer.« 
  • « Leur entreprise de rééducation des esprits s’appuie sur la simplification de l’Histoire, la falsification des faits et le dénigrement systématique des contradicteurs afin d’aboutir à l’interdiction pure et simple du moindre questionnement relatif à l’homosexualité et de l’examen critique des mouvements qui s’en réclament.« 
  • « Ils déversent généreusement leurs discours sur les plateaux de télévision et dans les colonnes des journaux.« 
  • « Les khmers roses n’hésitent pas à réécrire l’Histoire pour donner du crédit à leur thèse d’une persécution systématique à l’encontre des homosexuels. Aidés par une certaine presse contemporaine et par la malhonnêteté de leurs relais intellectuels, ils s’efforcent d’imposer l’idée d’une homophobie consubstantielle à la nation française qui est pourtant loin d’être démontrée.« 
  • « Selon les méthodes inspirées des mouvements minoritaires américains, il est essentiel de se prévaloir d’un préjudice, passé ou présent, pour pouvoir obtenir réparation. Le raisonnement est simple : démontrer que les homosexuels sont des victimes pour faire culpabiliser la société et obtenir d’elle l’octroi de droits nouveaux, voire différents.« 
  • « Malgré la crédibilité relative de ses travaux (subventionnés par l’Etat), l’association SOS Homophobie intervient régulièrement auprès d’établissements scolaires pour exposer sa vision haineuse de la société devant des élèves qu’elle considère mal informés par des programmes ‘homophobes’. Ainsi le rapport 2003 de l’association déplore que les cours de biologie consacrés à la reproduction n’abordent pas l’homosexualité et que la pédérastie des philosophes grecs ne soit pas mentionnée.«   (Quelqu’un sait-il comment les homosexuels se reproduisent ?  Par prosélytisme biologique ?…)
  • « Selon les théoriciens de l’idéologie homosexuelle, les Juifs seraient un modèle abouti de construction identitaire fondée sur la ‘phobie’ de la société à leur encontre et constitueraient un exemple à suivre.« 
  • « Le gourou américain d’Act-Up, Larry Kramer, légitime l’activisme ‘gay’ et les méthodes violentes de son organisation* en établissant une analogie entre l’épidémie du sida et le génocide juif pendant la Deuxième Guerre mondiale et en comparant la politique de santé de l’administration américaine à la volonté exterminatrice de Hitler…  C’est pourquoi les groupes homosexuels radicaux font souvent référence aux militants sionistes de l’après-guerre qu’ils considèrent comme des modèles jusque dans l’excès. » (Larry Kramer est connu comme fanatique sioniste. Il serait d’ailleurs très intéressant d’analyser en profondeur les connexions des deux courants communautaristes totalitaires. A ce sujet, citons seulement quelques noms : Alan Klein et Jonathan D. Katz, fondateurs de Queer Nation ; Arnie Kantrowitz, Meg Moritz et Jennifer Einhorn, fondateurs et dirigeants de la Gay and Lesbian Alliance Against Defamation copiée sur l’ADL sioniste ; Israel Fishman, fondateur du Gay Liberation Caucus ; Len Hirsch, président de GLBT ; etc. etc…)

     

    Voir aussi : A disproportionate number of the most radical elements in the militant homosexual lobby are of Jewish origin.

     

    * En 2003, peu après la sortie du livre Les Khmers roses, les pédérastes d’Act-Up Paris vandalisent les bureaux de l’éditeur (Editions Blanche) et blessent une employée. On reconnaît bien là les méthodes terroristes de leurs inspirateurs judéo-nazis du Bétar (qui eux aussi préfèrent s’en prendre aux femmes).

     

     

    Comme par hasard…

     

    Soit dit en passant, les Juifs dominent l’industrie américaine de la pornographie, que celle-ci s’adresse aux homos ou aux hétéros. Et cette affirmation ne vient pas de l’auteur des Khmers roses, mais de Nathan Abrams, qui est lui-même juif et enseigne à l’Université d’Aberdeen (Ecosse). Dans un article de Jewish Quarterly, Jews in the American porn industry, Abrams évoque le rôle joué dans ce domaine, dès 1890, par certains immigrants juifs allemands et décrit la place éminente occupée, dans les années 1970, par Reuben Sturman, « Walt Disney du porno » et inventeur de la cabine vidéo, qui ne se contentait pas de contrôler cette industrie mais en était l’incarnation même. Le successeur actuel de Sturman a pour nom Steven Hirsch, le « Donald Trump du porno ».  Comme dit Abrams, la pornographie juive n’est pas seulement une excellente source d’enrichissement. « Poussée vers de nouveaux extrêmes » et motivée par « le désir évident de choquer« , elle permet aussi « d’affaiblir par la subversion morale la culture dominante en Amérique« . (Qu’un vulgaire goy essaie d’écrire la même chose, et tout le monde lui tombera dessus en criant qu’il a recopié ça dans les Protocoles…)

  • « La politisation de l’homosexualité est incontestablement l’un des faits saillants de la dernière décennie…  Les khmers roses peuvent désormais espérer la liquidation de l’obstacle que constitue pour eux le système juridique républicain. » (C’est fait, pratiquement, depuis fin 2004. Des gens ont été poursuivis et condamnés pour avoir proclamé publiquement qu’ils tenaient l’hétérosexualité et le mariage traditionnel pour préférables.)
  • « Une surenchère permanente – La revendication du PACS (utilisé par seulement 2 % des homosexuels) a fait place au lendemain de son entrée en vigueur à celle réclamant le droit à l’adoption pour les couples homosexuels. »

     

Ce qui saute aux yeux, à la lecture de ces citations, c’est que les idéologies et les méthodes des deux plus puissants lobbies communautaristes ont beaucoup de choses en commun. Est-ce l’effet du hasard ?…  L’un et l’autre nous viennent des USA. Les homosexuels, pour leur part, ne prennent même pas la peine de cacher ces origines : ils utilisent couramment un grand nombre de termes américains, à commencer par « gay« * (comme si la sodomie et l’exhibitionnisme travelo avaient quelque chose à voir avec la gaieté).

 

* En anglais américain normal, on dit fag.

 

 

Esthétique de l’exhibitionnisme « gay »

 

Les étages un et deux de la fusée sioniste se retrouvent à l’identique chez les idéologues de l’homosexualité. Ce qui leur manque encore, c’est l’équivalent du culte de l’Holocauste.* (Pourquoi pas l’Homocauste ? Ce serait un néologisme aussi approprié que homophobie, lesbophobie ou transphobie. Mais on entend d’ici les cris d’horreur des dépositaires de la marque.)

 

* On sait que le mot holocauste désigne un sacrifice par le feu. Or, pour faire passer la loi « anti-homophobie » au Parlement, le lobby homosexuel n’a pas hésité à transformer en « tentative d’assassinat par le feu » le suicide raté d’un « gay » pas si gai que ça, en 2004 à Nœux-les-Mines (affaire Nouchet). Deux ans plus tard (deux ans trop tard), le parquet de Béthune a rendu une ordonnance de non-lieu dans cette affaire – qui rappelle étrangement les « agressions antisémites » bidon mises en scène par l’autre lobby totalitaire (affaires Fahri, Moïse, Gagny, RER) pour obtenir un renforcement de la législation « anti-antisémite ». Affaire Nouchet : tout ça pour ça (sur le site www.communautarisme.net).

 

Le livre de Devoucoux du Buysson effleure un autre aspect essentiel de la question, celui des motivations économiques et financières du phénomène. Car tout mouvement de cette importance a toujours (aussi) des causes profondes de cette nature – et il y a des milliards à gagner avec l’homosexualisme. En revanche, les objectifs démographiques des promoteurs de l’homosexualité déchaînée ne sont pas évoqués dans ce livre. On sait pourtant que certains cercles liés à l’oligarchie « travaillent » depuis des décennies sur des projets (plus ou moins secrets) de dépopulation. Là où la guerre et les épidémies ne suffisent plus, la pédérastie pourrait être d’une grande utilité. A condition que les pays encore réticents se décident enfin à l’adopter – de là les campagnes et manifestations du lobby « gay » en direction des pays est-européens, que l’on aimerait étendre plus tard aux pays musulmans. Sionisme et sodomisme seront-ils un jour les deux mamelles de la « démocratie » mondialisée ?

 

En attendant, l’homosexualité (avec tous ses avatars et variantes) est depuis longtemps, en France et ailleurs en Occident, une des plus sûres « valeurs de gauche ». Comme dit l’auteur des Khmers roses, « la gauche considère les ‘gays’ comme l’avant-garde des fameux bourgeois-bohèmes, ces couches urbaines salariées sur lesquelles elle compte s’appuyer pour conquérir le pouvoir une fois que les couches populaires auront été définitivement dégoûtées des urnes par la priorité donnée aux questions sociétales sur les questions sociales.«   Et chacun sait, depuis que Renaud le chante, que les bobos adorent le maire de Paris…

 

Jusqu’où iront les fanatiques de l’idéologie rose ? Très loin, sans doute, puisqu’on les laisse faire. Contrairement à ce qu’ils prétendent, ils jouissent d’une totale liberté d’action. La mairie de Paris est entre leurs mains, mais aussi celles de Londres et de Berlin – ne parlons pas de San Francisco. Le monde de la télévision et du spectacle leur appartient depuis longtemps. Les éditeurs leur obéissent au doigt et à l’œil, n’hésitant pas à modifier du jour au lendemain le sens de la langue.

 

Ainsi, par exemple, le Petit Robert 2008 donne du mot mariage la définition suivante : « Union légitime de deux personnes dans les conditions prévues par la loi. » Quelques années plus tôt, on lisait encore la définition classique : « Union légitime d’un homme et d’une femme. » En 2018, on lira peut-être : « Union légitime de deux ou plusieurs êtres vivants dans les conditions recommandées par les instances compétentes. » (Il y aura sûrement des « pédophobes », des « incestophobes »*, des « polyphobes »* et des « zoophobes » qui s’y opposeront, mais on saura les faire taire au nom de la lutte contre la discrimination.)  Une des définitions proposées par le dictionnaire 2008 pour le mot homme est encore : « un être humain mâle » (et l’équivalent pour le mot femme). Qu’en sera-t-il dans dix ou vingt ans, lorsque la théorie « queer »** prônant la destruction des sexes et la dissolution des genres se sera imposée partout ? Déjà, en mars 2007, le lobby homosexualiste canadien réclame des toilettes séparées « pour les transsexuels » dans les universités – comme s’il y en avait plus d’un par-ci, par-là – détails. Quand ils auront leurs toilettes trans, ils n’auront plus qu’à faire supprimer les autres – et à exiger de l’université qu’elle encourage les gens à se faire opérer…

 

* Oui, au fait, pourquoi interdit-on encore la polygamie et l’inceste alors qu’on protège et encourage systématiquement la pédérastie ?… (Evitons les réponses simplistes et simplettes du genre : « Ce n’est pas la même chose » ou « C’est pour protéger la famille » ou encore « Ça ne regarde que les intéressés« .)

 

** Le mot queer ne figure pas encore dans le dictionnaire français. C’est bien la preuve qu’il y a des queerophobes dans les milieux de l’édition. Il faut que ça change…

 

L’Homosexualisme, nouvel avatar de la «libération sexuelle» et cheval de Troie du néolibéralisme par Véronique Hervouët (avril 2007).

 

Activisme pédophile – la différence entre pédophilie et pédérastie, inexistante au niveau de l’étymologie, est bien maigre dans la pratique ; bien souvent ce n’est qu’une question d’âge de la victime : moins de 14 ans ou 14 ans révolus. Les « arguments » utilisés par les idéologues de la pédophilie sont exactement les mêmes que ceux des promoteurs de la pédérastie. Pour ces gens-là, banaliser et légaliser les « activités » pédophiles, et faire qu’elles ne soient plus considérées comme une perversion ou une maladie mentale, n’est que le prochain objectif à atteindre – mais certainement pas le dernier.

 

Crafting « Gay » Children : An Inquiry (format pdf – 963 ko) – cette étude de la psychiatre américaine Judith Reisman montre qu’aux Etats-Unis, on enregistre à peu près autant de cas d’abus sexuel commis sur des jeunes garçons que sur des fillettes*. Comme il y environ 2 ou 3 % de pédérastes (les chiffres plus élevés sont pure propagande), on voit que les cas de pédophilie homosexuelle sont proportionnellement 33 à 50 fois plus nombreux que les cas de pédophilie hétérosexuelle. Si tous les pédérastes ne sont pas pédophiles, plus de la moitié le sont – même un de leurs magazines avoue un taux de 21 %. Les détails de ce genre sont normalement tabous. Dans les médias, tout ce qui a trait à l’ »orientation sexuelle » est toujours du ressort de journalistes homosexuels ; ce qui pourrait leur être défavorable est donc systématiquement étouffé, à commencer par les enquêtes associant l’homosexualité au crime, à la violence, à la drogue, au SIDA, aux troubles mentaux et, bien entendu, à la pédophilie…  Et il est bien évident qu’après avoir endoctriné des garçonnets de 8 ou 10 ans, à l’école ou ailleurs (à l’insu de leurs parents), on n’attend pas qu’ils aient atteint l’âge de 14 ou 15 ans pour passer à la pratique. C’est ainsi que l’on fabrique des enfants « gays ».

 

* Dans certains milieux, comme le clergé catholique, la proportion de pédophiles pédérastes dépasse de beaucoup les 50 % indiqués par Judith Reisman. A l’occasion du scandale de 2010 (scandale habilement exploité et entretenu par divers lobbies), on apprend que ce taux atteint 80 % (selon Bill Donohue, président de la Ligue catholique américaine). En réalité, il est probablement plus proche de 100 % puisqu’on n’entend jamais parler d’abus sexuels perpétrés par des prêtres sur des fillettes. Comme dit le cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d’Etat du Vatican, le problème de la pédophilie cléricale n’est pas un problème de célibat mais d’homosexualité. La chose est indéniable – malgré les « cris d’horreur » proférés de manière peu convaincante par les groupes pédérastes catholicophobes et repris en chœur par la presse clonée.

 

Prosélytisme homosexuel dans les écoles suisses : les pédérastes-pédophiles distribuent à des enfants de 11 ans du matériel pornographique publié par l’Aide Suisse contre le Sida (ASS), une association financée par l’Etat, donc par le contribuable. En anglais, ASS signifie CUL (au sens premier du terme) – on voit que le « hasard » fait bien les choses. Là aussi, il serait utile de faire la lumière sur les liens qui existent entre les associations de ce genre et l’Internationale sodomiste.

 

Pro-Sodomy Bill Sparks California Public School Exodus : pour protéger leurs enfants des effets de la loi californienne de 2007 sur la promotion de l’homosexualité dans les écoles publiques, les parents doivent se rabattre sur les établissements privés (à condition d’en avoir les moyens).

 

En Angleterre, depuis la rentrée 2007, et sous prétexte de respecter une nouvelle loi bannissant toutes les « expressions d’homophobie », certaines écoles dominées par le lobby rose « sensibilisent » les enfants à l’homosexualité dès l’âge de six ans (alors que l’éducation sexuelle normale n’est au programme qu’à partir de la sixième). A Bristol, des parents d’élèves descendent dans la rue pour faire retirer deux livres pédérastophiles qu’on voulait imposer à leurs enfants.

 

En avril 2008, à Sydney (Australie), des organisations « gay » tentent de faire abolir, dans les écoles publiques, l’usage de mots « homophobes » comme papa et maman, boyfriend et girlfriend ou encore mari et femme. Ces mots devraient être remplacés par parents, partenaires et époux, plus conformes, paraît-il, à l’idée de « neutralité sexuelle ». Malgré les pressions exercées sur lui, le ministère de l’Education de la province de New South Wales refuse d’obtempérer : victoire sans doute très provisoire de la raison, en attendant qu’un juge homosexuel donne satisfaction à ces fous.

 

Deux mois plus tard, à l’occasion de la marche annuelle organisée par le lobby « gay », on apprend que les écoles françaises vont être prochainement la cible privilégiée d’une offensive rose, sous prétexte de lutte contre les « comportements discriminatoires ».

 

Selon des chiffres communiqués par les organisateurs du défilé exhibitionniste, les « gays » seraient particulièrement menacés : ils se suicident 13 fois plus que les gens normaux, et 32 % des moins de 20 ans parmi eux ont déjà tenté de le faire. Pourquoi, dans ce cas, nier l’aspect psychiatrique de l’homosexualité ?

 

Pour ce qui est du SIDA, les partisans de la « gaieté » signalent que 20 % d’entre eux sont séropositifs. Or, d’après le ministère de la Santé, il y a en France environ 100.000 personnes séropositives, dont 32 % d’homosexuels, 40 % d’hétérosexuels, 26 % de toxicomanes et 2 % d’hémophiles ou transfusés. Il en résulte donc que la France compte 160.000 homosexuels (dont 32.000 porteurs du virus). 160.000 « gays » sur une population adulte de 40 millions, cela représente 0,4 %* : on est loin, très loin, des 10 % affichés par la propagande homosexualiste.

 

D’autre part, si l’on rapporte les 40.000 séropositifs hétérosexuels à l’ensemble de la population adulte normale, cela donne 0,1 % (contre 20 % pour les homosexuels). Le virus du SIDA est donc 200 fois plus répandu chez les « gays ». (Même en supposant que les toxicomanes soient tous hétérosexuels, ce qui n’est nullement le cas, on arrive à un taux de séropositivité de 0,16 %, soit 120 fois plus chez les « gays ».)  Au lieu d’en tirer les conséquences qui s’imposent, les responsables roses défilent « contre la maladie »… tout en militant pour sa propagation massive dès le plus jeune âge scolaire.

 

Mais le plus grave, bien entendu, est que les pouvoirs publics laissent faire au lieu de protéger la jeunesse de ce fléau. Comme dans le cas du fléau sioniste, ils sont déjà trop infiltrés pour manifester la moindre velléité de résistance.

 

* Si la France réelle compte 0,4 % d’homosexuels et 1 % de Juifs, la France virtuelle du spectacle, de la télévision et des médias affiche au bas mot un taux de 50 %. Essayez d’imaginer la scène et les écrans – grands ou petits – privés de leur lot quotidien de programmes, acteurs et présentateurs communautaristes de l’un ou l’autre groupe…  En ce début de 21ème siècle, la boîte à images ne semble plus connaître qu’un seul format : le format JPG (Juifs – Pédés – Gouines).

 

A LA TÉLÉ CE SOIR :

• 10.000 ans de souffrances et de persécutions

• Sœur Eltonne en concert à Tel Aviv

• Une heure avec Ellen Dégénérée

 

… et les autres jours à l’avenant.

 

 

Septembre 2010 : Just 1.5 % of Britons say they are gay, lesbian or bisexual. Selon une étude de l’Office for National Statistics (ONS), seulement 1 % des Britanniques se disent homosexuels et 0,5 % bisexuels – aucun rapport, on le voit, avec les chiffres fantaisistes du lobby rose.

 

Janvier 2011 : Passport to a Brave New World – comme en Australie trois ans plus tôt (voir un peu plus haut), le lobby rose fait abolir aux Etats-Unis l’usage des mots père et mère et les fait remplacer par parent 1 et parent 2 – sur les formulaires de demande de passeport dans un premier temps, le reste suivra. La destruction systématique des bases de la société humaine a commencé.

 

Printemps-été 2011 : la soi-disant « théorie du genre » (en anglais : gender) se répand en Europe. Avatar de la « théorie queer » (voir plus haut), elle est destinée à « déconstruire » les fondements de la vie en société, partant du principe aberrant que le sexe (masculin ou féminin) n’est pas prédéterminé à la naissance, mais serait l’objet d’un « choix social ». Cette théorie est l’œuvre de Judith Butler, qui se dit « philosophe américaine » un peu comme Bernard-Henri Lévy se dit « philosophe français ». On ne sera pas du tout surpris d’apprendre que Butler est à la fois juive et lesbienne.

 

Dans les lycées français, la théorie en question doit être enseignée en classe de première à partir de la rentrée 2011 : Le « gender » met en péril toute l’identité humaine. Il est évident que les individus qui seront chargés d »endoctriner les élèves seront eux-mêmes homosexuels et que cette nouvelle « matière » facilitera leur travail de prospection.

 

En Allemagne, la situation est pire encore, du moins à Berlin (les questions d’enseignement sont de la compétence des régions). La nouvelle trouvaille du lobby rose sera enseignée dès le cours préparatoire, mais sans le ballast pseudo-philosophique, bien entendu. Encore mieux, donc, pour ce qui est du libre accès à la chair fraîche. Et comme par hasard, Klaus Wowereit, maire de Berlin et chef du gouvernement régional, est un pédéraste notoire.

 

Conséquence logique de la suppression des genres :

 

Revendication des Pirates, non seulement en France mais partout ailleurs dans le monde.

(Comme Attac, ces partis cosmopolites sont contrôlés et financés par George Soros et compagnie.

Ils ont pour tâche de mettre en œuvre le programme mondialiste de leurs créateurs.)

 

 

 

Quand les deux lobbies n’en font plus qu’un

 

Lorsqu’on songe aux innombrables initiatives pro-israéliennes en vue de généraliser « l’enseignement de la Shoah » à l’école, y compris les plus perverses du genre, comme celle de Sarkozy en février 2008, on constate que les deux lobbies totalitaires ont une autre caractéristique commune : ils adorent s’en prendre à des enfants sans défense pour en faire des instruments dociles et silencieux. A l’âge de 9-10 ans, ou même avant, ces proies sont plus faciles à influencer, à « former », à « modeler » ; elles ne risquent pas de se rebiffer. Si les parents savaient ce qui se passe vraiment à l’école, ils se réveilleraient peut-être et viendraient au secours de leurs enfants, comme l’ont fait les habitants de Bristol.

 

Mai 2009 : en Californie, il est question d’instituer, dans toutes les écoles publiques, une Journée annuelle de l’homosexualité – sans demander l’avis des parents ou contre leur avis. Cette journée aura pour but de rendre hommage à Harvey Milk, militant et « martyr » de la « cause » sodomiste. Milk, premier conseiller municipal « gay » de San Francisco, fut assassiné en 1978 en même temps que le maire de la ville pour des raisons jamais bien élucidées. Bien entendu, Harvey Milk faisait également partie de l’autre communauté, comme le rappelle fièrement le magazine juif Forward – The Proud Jew – à l’occasion de la sortie du film Milk*.

 

* Produit et réalisé par qui ?  Devinez…

 

Août 2010 : toujours en Californie, un juge pédéraste – Vaughn Walker – lève l’interdiction du « mariage » homosexuel que les électeurs avaient décidée majoritairement par référendum – c’est ainsi que fonctionne la « démocratie » américaine. Bien entendu, le lobby judéo-hétérophobe jubile :

 

 

 

Le président Obama, docile créature de ces gens-là (voir ici la liste de ses conseillers), vient justement de nommer la lesbienne juive Elena Kagan au poste de juge à la Cour suprême des Etats-Unis. De la sorte, on peut être sûr que plus aucun obstacle ne stoppera la marche à la domination absolue de cette petite minorité agissante. La voie de la décadence est libre – à moins que les Américains ne se soulèvent en masse, ce qui est hautement improbable. ê

 

 

Pédophile et fier de l’être – En 1975, Daniel Cohn-Bendit (militant sioniste juif) évoquait sans complexes son « activité d’éducateur » dans un jardin d’enfants de Francfort, où il se faisait « ouvrir la braguette et chatouiller » le sexe par les gamins qu’on lui avait confiés. Trente-quatre ans plus tard, devenu député « vert », il ne se vante plus mais continue de donner des leçons aux autres. Il affirme sans rire que « la pédophilie est un crime contre lequel il faut se battre« .

 

LES COMMUNAUTARISTES TOTALITAIRES ADORENT LES NÉOLOGISMES :

 

Les sionistes se sont emparés très tôt du mot antisémite pour en faire une arme dirigée contre ces autres sémites que sont les Arabes (mais pas seulement contre eux). Ils ont ensuite forgé (très tard) le mot Holocauste (avec une majuscule) pour s’approprier le monopole de la souffrance. Ils ont également créé le terme négationniste et donné un sens nouveau au mot révisionniste.

 

Rien de tel, quand vous voulez agresser verbalement quelqu’un qui vous déplaît, que de lui lancer au visage des mots qu’il ne connaît pas, du moins au début. Avant de réagir, il devra essayer de comprendre où vous voulez en venir. Vous aurez donc dès le départ deux avantages : votre adversaire sera sur la défensive et il ne saura comment s’y prendre pour se défendre. Le temps qu’il comprenne, vous l’aurez coulé. Finalement, c’est bien vous, et non lui, qui disposez de tout l’appareil de désinformation médiatique, académique, scolaire, culturel ; vous aurez donc tout loisir de populariser les néologismes qu’il vous plaira de concocter. L’ »antisémite révisionniste et négationniste » aura beau se démener, personne ne l’écoutera. Si, pour tenter de se « disculper », il se place sur votre terrain, adopte votre vocabulaire et proclame qu’il n’est pas « antisémite », pas « révisionniste », pas « négationniste », il aura perdu d’avance. Quand il comprendra, ce sera trop tard. En lui interdisant le choix des armes, la loi – votre loi – lui interdit de se défendre.

 

Ce qui a si bien réussi aux sionistes ne peut pas faire de mal à leurs petits frères homosexualistes. C’est pour cela qu’a été inventé (dans les années 1970) le mot homophobie. Puisqu’une phobie est une crainte maladive, excessive et infondée, le malade mental n’est plus l’adepte de la pédérastie militante, mais au contraire celui que ce dernier va dénoncer. Ce sera d’abord quiconque ose manifester ouvertement son dégoût pour ces pratiques, puis quiconque s’abstient de soutenir la « cause gay », et finalement ce sera tout un chacun. Pour être « homophobe », il suffira de penser que l’hétérosexualité est une chose normale, de dire qu’un monde dominé par l’homosexualité est voué à la disparition, de soutenir que le mariage est l’alliance d’un homme et d’une femme (et rien d’autre), ou de redouter que son enfant puisse être la victime d’un prédateur « rose ».

 

Les « malades » atteints de « phobie », ce sont donc tous les gens normaux, c’est l’ensemble de la société. 99 % des individus sont des « homophobes » en puissance, tout comme 99 % des individus sont des « antisémites » en puissance. Les deux minorités communautaristes les mieux protégées de tous les temps sont ainsi les plus « persécutées » – terrible recrudescence… qu’il suffit d’invoquer pour pouvoir tout se permettre en toute impunité.

 

On en revient ici au pouvoir des mots. Mais ce pouvoir ne joue qu’en faveur de ceux qui ont déjà le pouvoir tout court. En effectuant une recherche Google sur la question, on recueille pour le mot homophobie (néologisme forgé par le tout-puissant lobby homosexuel), un total de 1.850.000 occurrences. En revanche, pour le mot homosexualisme (néologisme utilisé par les adversaires du lobby), on n’en trouve que 1390. Et pourtant, homophobie est un terme péjoratif, voire haineux, tandis que homosexualisme est neutre, puisqu’il se contente de désigner, sans la condamner par avance, l’idéologie homosexuelle militante. Cette disproportion écrasante illustre bien le degré d’emprise de cette idéologie sur notre société. (Si l’on compare l’impact du mot antisémitisme à celui du mot antisionisme, la tendance est la même, bien que le rapport soit moins excessif.)

 

Source: http://membres.multimania.fr/wotraceafg/langue_de_bois.htm#autres

 



BHL dit vouloir réécrire le Coran par un Juif

Bernard s’est encore lâché, sans prendre la peine de mettre son nez rouge !

 

BHL dit vouloir réécrire le Coran par un Juif dans BHL images

 

Après les stigmates apparut sur les mains saignantes de BHL suite à l’éreintement de son film « Le Jour et la Nuit » en 1997 (ici), BHL ridiculisé par l’affaire Botul philosophe fictif cité dans son dernier essai (ici), BHL qui confond Pierre Cassen, de Riposte laïque, et Bernard Cassen, ancien président d’ATTAC (ici), sans parler des Photos montages, de ses films qui ne peuvent être regardés sous peine de Chimio, D’Arielle Dombasle prise en levrette par Klaus Kinski dans le film « Les fruits de la passion » (ici), bref jusqu’à la bourde n° 6 932 ! Il nous revient cette fois ci avec une boulette passée totalement inaperçue dans le WikiBHL en la personne de Marc Roussel sur le sit  Bernard-Henri Lévy (ici), ce dernier avait confié à Marc Roussel ce que sera la grande œuvre de sa vie : la réécriture du Coran par un Juif . Rien que ça !
 

Marc Roussel à propos de Bernard-Henri Lévy

« Ce qui nous a d’abord rapprochés, et que je n’aurais jamais soupçonné du personnage public qu’a bâti l’intellectuel, c’est le goût de l’action, de l’aventure et ce sens, davantage prévisible, de l’Histoire. Bernard est ensuite un ami fidèle et sincère, un homme ouvert et respectueux de tous les hommes, un naïf éclairé qui en conscience maquille ses angoisses ou ses faiblesses de la plus belle assurance. Ainsi cette confidence, à Kaboul, aux premières heures de la prétendue guerre de Bush contre le terrorisme islamiste, qui me reste comme une provocation ultime, savoureux mélange de confiance et d’ingénuité – ces moteurs définitifs de la création : j’ai trouvé ce que sera la grande œuvre de ma vie : la réécriture du Coran par un Juif. »

On frôle le révisionnisme … Et pourquoi ne pas réécrire la Sainte chambre à gaz ?

 

Capture-plein-%C3%A9cran-24062012-204532.bmp-300x79 BHL dans Humourhttp://i47.tinypic.com/9axuef.jpg

 

Lien de la connerie de BHL en cache Google depuis sa disparition : http://www.bernard-henri-levy.com/marc-roussel-23672.html



23% des enfants de mères lesbiennes sont victimes d’abus contre 2% chez les enfants de couples naturels

Par Par Wendy Wright et Lisa Correnti
http://www.piercingpro.fr/images/autocollant%20rainbow%20lesbienne.jpg
WASHINGTON, DC, 15 Juin (C-FAM)Une étude capitale révèle que les enfants adultes de parents homosexuels et lesbiens subissent les conséquences économiques et émotionnelles de manière bien plus négative que les enfants élevés dans des familles biologiques intactes.La qualité de l’étude du Professeur Mark Regnerus, de l’Université de Texas, souligne les carences des études plus anciennes, sur lesquelles s’appuient les militants homosexuels pour obtenir un droit au mariage et à l’adoption aux couples homosexuels.

« La prétention empirique, selon laquelle il n’existerait aucune différence importante, [entre parentalité homosexuelle et hétérosexuelle] doit disparaître », déclarait le professeur Regnerus dans son étude publiée dans Social Science Research.

L’étude complète du Prof. Regnerus s’appuie d’une part sur un examen d’approximativement 3000 adultes provenant de huit structures familiales différentes, ainsi que sur l’évaluation de 40 critères sociaux et émotionnels. Elle conclut que les enfants ayant grandit dans des familles biologiques intactes sont en général mieux éduqués, sont en meilleure santé mentale et physique, touchent moins à la drogue, s’engagent moins dans des activités criminelles, et s’affirment plus souvent heureux que les autres.

Les résultats les plus négatifs touchent les enfants issus de familles homoparentales lesbiennes. Ces conclusions contredisent les études discutables popularisées par les medias, selon lesquelles les enfants grandissent aussi bien, voir mieux, avec des mères lesbiennes. L’étude du Professeur Regnerus montre les effets négatifs de ce type de parentalité sur 25 des 40 critères sélectionnés pour ces recherches. Elle montre entre autre que ces enfants sont plus souvent victimes d’abus sexuels (23% des enfants de mères lesbiennes étaient victimes d’abus par un parent ou un adulte, contre 2% chez les enfants issus de couples mariés), ont une moins bonne santé physique, sont plus souvent victimes de dépression, font plus fréquemment usage de marijuana, et plus souvent sans emploi ( 69% des enfants issus de familles homoparentales lesbiennes dépendent des prestations sociales, pour 17% de ceux issus de couples mariés).

Les recherches du professeur Regnerus discréditent une étude de l’American Psychological Association (APA) datant de 2005 et souvent citée, selon laquelle « Aucune étude n’a conclut que les enfants de parents gay ou lesbiens étaient désavantagés de quelque façon que ce soit par rapport aux enfants de parents hétérosexuels ».

Contrairement aux recherches du Professeur Regnerus, les études antérieures comparaient les enfants de parents homosexuels aux enfants de familles recomposées ou de parents seuls. Par ailleurs, le professeur ne s’appuie que sur des informations provenant des enfants eux-mêmes et non sur celles données par leurs parents.

Une seconde étude récente confirme que les études si popularisées par l’APA ne sont pas fiables. Loren Marks, professeur associée à la Louisiana State University, a prouvé que les études de l’APA se fondaient sur un nombre de données limitées, et se focalisaient sur les rôles et identités sexuelles. Ces études négligeraient l’examen des performances éducatives des parents sur les enfants, de leur taux d’emploi de ces derniers,  et des risques auxquels ils sont exposés concernant la drogue, la criminalité, ou le suicide.

Ces études l’APA, maintenant objet de discrédit, ont été utilisées pour tenter d’influencer les décisions juridiques au niveau international.

Les mémoires des « amis de la cour» dans l’affaires E.B. c. France devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme défendaient le droit des couples homosexuels à l’adoption en se basant sur des études de l’APA, selon lesquelles il n’existerait aucune preuve scientifique justifiant un « traitement différencié des couples homosexuels qui souhaitent adopter, parce que [d’après les connaissances de FIDH, ILGA Europe, BAAF et APGL, lobbys gays et lesbiens européens] toutes les études scientifiques réputées ont prouvé que les enfants de parents gay ou lesbiens n’étaient pas plus susceptibles de souffrir de problèmes émotionnels ou d’autre types, que les enfants de parents hétérosexuels. »

Dans le cas de Karen Atala et de ses filles c. le Chili, affaire plaidée devant la cour interaméricaine des droits de l’homme ( CIADH), un « ami de la cour » en défense d’un parent lesbien ayant perdu la garde de ses parents note que l’Académie Américaine de Pédiatrie « reconnaît qu’une grande quantité de recherche professionnelle fournit les preuves que les enfants de couples homosexuels ont autant d’avantages en matière de santé, d’intégration et de développement que ceux de couples hétérosexuels ».

Source : http://www.c-fam.org/fridayfax/french/9316/



Lettre de l’Abbé Pierre à Roger Garaudy

Une polémique est née autour du soutien apporté par l’ABBE PIERRE au philosophe ROGER GARAUDY accusé de révisionnisme par le MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les peuples) pour les idées qu’il développe dans son dernier ouvrage (« Les Mythes Fondateurs de la politique israelienne »). L’Abbé Pierre a envoyé une lettre de soutien à son ami qu’il considère comme un honnête homme.

Très cher Roger,

15 avril 1996

Tu sais les limites de mes forces. Elles diminuent chaque jour bien que beaucoup soient persuadés qu’elles sont grandes parce que ma voix est restée sonore et parce que dès que j’ai la conviction qu’un fait ou une question créent injustice et fausseté, je reprends des énergies, mais qui ne sont que bien brèves.

 Lettre de l’Abbé Pierre à Roger Garaudy dans Actu ahy9nhd5

Pardon de tant parler de moi, mais c’est pour expliquer à toi et à tous ceux auxquels tu estimeras utile de faire connaître ma lettre, comment il se fait que j’ai tardé en dépit des contacts téléphoniques, à rendre publiques mes certitudes en ce qui te concerne, en ta personne que je connais depuis 50 ans et en ce qui concerne tes actes, des plus intimes à ceux ayant les plus grandes conséquences publiques.

Député communiste tu fus le premier interlocuteur avec qui il m’arriva que je me trouve avoir à débattre, et le souvenir m’en est resté inoubliable, parce que ce fut, je crois, fructueux et pour l’un et pour l’autre.

Ton livre le plus récent m’est parvenu alors que j’étais vraiment à bout de forces pour d’autres tâches pressantes. Je ne peux que trop peu lire, à 83 ans, de tout ce qui m’arrive, n’ayant guère que 2 heures le matin et 2 heures l’après-midi où je puisse vraiment travailler.

Sur cet écrasant drame millénaire qui ne cesse autour d’Israël, tu sais ma pensée mûrie depuis beaucoup d’années, et tu sais aussi que cette pensée s’étend bien au delà des seuls drames contemporains.

Nous avons eu déjà sur ce sujet de graves entretiens.

De ton nouveau livre il m’est impossible de parler avec tous les soins que réclament  non seulement son sujet fondamental, mais aussi l’étonnante et éclatante érudition, scrupuleuse, sur laquelle chaque propos se fonde, comme j’ai pu le constater en le parcourant.

Autour de moi quelques personnes dont les exigences et la compétence sont grandes et qui l’ont entièrement lu me disaient l’importance de ce qu’elles en ont reçu.

Il faut tout faire, et je m’y emploie, pour que bientôt des historiens vrais, de la même passion du vrai qui est la tienne, s’attachent à en débattre avec toi.

Les insultes contre toi que j’ai pu connaître (jusque dans un quotidien que j’estime le plus pour son habituelle objectivité), qui t’ont accablé de toutes parts sont déshonorantes pour ceux qui, comme à la légère, t’en accablent.

Je veux en cette lettre m’efforcer de rendre publiques deux convictions : l’une, en peu de mots, concernant ta personne, et l’autre (sûrement encore, bien imparfaitement exprimée) porte sur ce que toute ma vie d’homme de foi et d’amour m’a conduit à concevoir de la succession de faits historiques sur lesquels je pense avec tristesse, que toute la foi, admirable (mais depuis tant de siècles repliée sur elle-même) de ce peuple, de mes frères, se limite, sans entendre qu’elle l’appelait à une mission d’une autre et noble grandeur.

La Providence m’a donné, en d’autres temps (qui me paraissent encore si proches) de pouvoir, au risque, volontairement accepté, de ma vie, venir au secours de ceux pour lesquels j’ai pu le faire. Du fait de cela je reste particulièrement sensible à tout ce qui, en les concernant, fait se répercuter tant de douleurs chez eux, et de partout à l’entour, et comme sans fin.

Sur toi et ta vie, peu de mots suffisent. Tu es un de ces hommes qui ne cessera jamais, jusqu’au face à face avec l’Infini Amour, d’être tourmenté d’une dévorante faim d’Absolu.

Je plains ceux qui sont si superficiels, ou pressés de trop d’autres « faits divers », qu’ils n’aient pas su respecter et aimer tes recherches, et la façon dont, (en toute ta vie) tu as voulu cueillir et rassembler tout Absolu, perçu fût-ce très parcellaire, en toutes les spiritualités entre lesquelles si sincèrement se partagent (et parfois égarées se combattent) les humains de toute la terre et de tous les siècles.

Ce n’est pas sans quelque douloureux tremblement et grande humilité que j’évoquerai l’autre de mes convictions relative à la portion juive de l’univers humain.

Tout a commencé, pour moi, dans le choc horrible qui m’a saisi lorsqu’après des années d’études théologiques, reprenant pour mon compte un peu d’études bibliques, j’ai découvert le livre de Josué. Déjà un trouble très grave m’avait saisi en voyant, peu avant, Moïse apportant des « Tables de la loi » qui enfin disaient : « Tu ne tueras pas , voyant le Veau d’or, ordonner le massacre de 3.000 gens de son peuple. Mais avec Josué je découvrais (certes contés des siècles après l’événement), comment se réalisa une véritable « Shoah » sur toute vie existant sur la « Terre promise ».

A crié en moi : « Si je te promets ma voiture, et si toi, dans la nuit, tu viens tuer le gardien, forcer les portes et t’emparer de la voiture promise, que peut-il rester de la « Promesse » ?  » La violence ne détruit-elle pas tout fondement de la Promesse ? Certes, après, continuera à être, sans cesse, redite l’Alliance avec le peuple qui (pas unique semble-t-il mais unique en tant que peuple fortement constitué) a, dans sa conscience, la notion de l’Éternel Unique (certes pas encore connu pleinement comme ayant pour essence l’amour. Cette révélation je la vis avec Jésus. Jésus qui fondera la foi trinitaire : Deus caritas est.

Mais cette Alliance porte-t-elle encore sur ce coin du monde seulement (que l’on peut et doit encore appeler, non « terre promise », mais « terre sainte », couverte de crimes mais aussi de saints prophètes ?)

Je ne puis plus concevoir promise par DIEU (même si on lui attribue l’ordre de massacrer (et n’est-ce pas outrager DIEU ?), seulement ce coin de terre pour ou contre lequel tant meurent aujourd’hui encore.

L’Alliance n’est-elle pas l’envoi en mission de tout Israël pour porter la foi qu’il a reçue à la terre entière !

La terre promise à tout croyant, (donc à tout Juif aussi.). Je ne puis me départir de cette pensée de porter à la terre entière la JOIE de connaître DIEU vrai.

Oh, que je voudrais être encore assez jeune pour entreprendre, avec des équipes fraternelles, l’accomplissement de la mission reçue d’abord en Israël puis en Jésus.

Je n’ignore pas que le repli d’Israël sur soi, sans missionnaire, est en partie dû à l’étrange retournement de l’histoire causé par Constantin après l’Edit de Milan et des néfastes conséquences qui accompagnèrent ses bienfaits.

Nous entendons dire une intention du Pape, en l’an 2.000 (sera-ce le même Pape ?) de confesser les fautes historiques qui ont accompagné le zèle des missions chrétiennes.

Puisse-t-il ne pas sous-estimer la part prise dans l’antisémitisme avec les mots « peuple déicide », ce qui est insensé car c’est pour tous les peuples, pour tous les humains que Jésus s’est offert en rançon ?

De ce temps naquit, en place des martyres enfin interdits, la désastreuse coutume (pour suppléer à la décadence de l’empire) des structures de privilèges : princes-évêques, papes-roi en tous les sens, jusqu’aux plus abusifs, cette confusion entre spirituel et temporel.

Roger, de tout cela sûrement, tous deux vieillards, devons encore parler, et interroger de plus savant que moi.

Je t’en prie, retiens de ces lignes presque illisibles que nous lirons ensemble au téléphone, la force et la fidélité de mon affectueuse estime et de mon respect pour l’énorme travail de ton nouveau livre. Le confondre avec ce qui fut appelé « révisionnisme » est une imposture et véritable calomnie d’inconscients.

Je t’embrasse et t’assure que toi et les tiens me restez présents dans l’offrande de chaque jour du peu d’effort que je peux encore tenter.

Ton frère

Abbé Pierre

Source : http://www.labanlieuesexprime.org/article.php3?id_article=1615



(CRIF) Prasquier veut obliger les bleus à aller visiter Auschwitz

Les joueurs Français ont bien rejoint leur camp de base à Kircha, malheureusement cela n’est pas le bon camp pour le président du CRIF, Mr Prasquier veut, demande, ordonne que les joueurs se rendent à  Auschwitz …

(CRIF) Prasquier veut obliger les bleus à aller visiter Auschwitz  dans Actu tmexfy9p

Le président du Crif (Conseil représentatif des institutions juives) Richard Prasquier a regretté mardi que l’équipe de France n’ait pas profité de sa présence à l’Euro 2012 co-organisé par la Pologne et l’Ukraine pour visiter le camp d’extermination d’Auschwitz. Ou à tout le moins l’envisager.

«Comme l’Italie, l’Allemagne et les Pays-Bas, l’équipe d’Angleterre s’est déplacée à Auschwitz et cela ne l’a apparemment pas empêchée de jouer correctement trois jours plus tard. La France ne l’a pas fait et ne compte pas le faire», a déploré M. Prasquier dans un éditorial publié sur le site internet du Crif.

Relevant que l’équipe de France est établie à Donetsk en Ukraine «à 1373 km d’Auschwitz», alors que les Anglais et les Italiens sont installés à Cracovie, à une soixantaine de km du camp, M. Prasquier a néanmoins estimé qu’il était «choquant» que le voyage n’ait pas été envisagé.

«Il est vrai que la France jouera ses matches en Ukraine, jusqu’à la demi-finale, si elle y parvient, et que le voyage est plus long. Mais l’avion raccourcit les distances et le fait même que la visite ne semble pas avoir été envisagée est choquant», a ajouté le président du Crif soulignant le «rôle de modèle des grands footballeurs auprès des jeunes».

Il a appelé les dirigeants du football français, une fois l’Euro passé, à conduire une visite au Mémorial de la Shoah qui se trouve à Paris.

L’Angleterre, qui a fait match nul lundi face à la France à Donetsk (1-1) dans le groupe D est la dernière des sélections à avoir visité vendredi l’ancien camp de la mort nazi d’Auschwitz-Birkenau, dans le sud de la Pologne, après les visites de délégations allemande, italienne, néerlandaise, la semaine dernière.

Pour rappel, environ 1,3 million de personnes, dont 1,1 million de Juifs, ont trouvé la mort à Auschwitz entre sa création par les nazis en 1940 et sa libération par l’Armée soviétique le 27 janvier 1945.

Liens :

Polémique: «Les Bleus auraient pu aller visiter Auschwitz»

Mon édito, probablement inattendu…



France 24 va diffuser de fausses informations sur la Syrie

Thierry Meyssan nous dévoile le futur coup d’État médiatique en Syrie, semblable au coup d’État contre Chavez et Kadhafi.

France 24 va diffuser de fausses informations sur la Syrie dans Syrie aent732l

  URGENT

L'OTAN prépare une vaste opération d'intoxication

par Thierry Meyssan
Damas (Syrie)
Des États membres de l’OTAN et du CCG préparent un coup d’État et un génocide sectaire en Syrie. Si vous voulez vous opposer à ces crimes, agissez dès maintenant : faites circuler cette vidéo et l’article en lien (ci-dessous) sur le Net et alertez vos élus.
Image de prévisualisation YouTube

Lien : http://www.voltairenet.org/L-OTAN-prepare-une-vaste-operation



Abdallah, un rappeur pas comme les autres ?

https://fbcdn-profile-a.akamaihd.net/hprofile-ak-snc4/373211_115494565225867_831157591_n.jpgJ’ai longtemps cru que le Rap était mort, force est de constater que ce jeune rappeur Abdallah vient de le ressusciter dans un face à face avec Morsay, on se doute de la mise en scène des deux protagonistes pour le Buzz, mais il faut avouer que la magie opère dans ce déluge de parole de vérité.

Image de prévisualisation YouTube

Qui est Abdallah ? :

Né le 11 octobre 1987, Abdallah est originaire de la banlieue sud de Beyrouth. C’est à 13 ans qu’il commence à écrire ses premiers textes, animé par un esprit de révolte et une envie de décrire tout ce qui l’entoure. A 17 ans, il s’envole pour la France afin de continuer ses études supérieures, tout en ayant en tête de concrétiser son rêve de gosse qui se résume en un mot : B-route… Parallèlement, il se confirme en tant que beatmaker en samplant Nina Simone ou encore Fairuz. A l’image de ces artistes, ses textes sont fondamentalement engagés.

C’est ainsi qu’Abdallah cultive une écriture, à la fois réfléchie et violente, parsemée de punchlines et rythmée par une musique souvent sombre et mélancolique. Après avoir enchaîné plusieurs freestyles et open mics, et avoir écumé l’underground parisien, le MC est actuellement en préparation de son premier projet intitulé : Le rap n’est pas mort… qui sortira courant 2012 ISA, en téléchargement gratuit sur son site internet : www.b-route.fr .

A suivre ….

Vidéo (source originale) :

http://www.daymolition.fr/video-abdallah-morsay-pucesdecliclifreestyle-2476

Toutes ses vidéos :

http://www.daymolition.fr/video-abdallah-morsay-pucesdecliclifreestyle-2476

Facebook d’Abdallah :

https://www.facebook.com/Abdallah.B.route

Pensetouseul



Derniers commentaires

 

cotedivoireverite |
la ville de DEMBENI |
assibondry789 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | La mini serre.
| didyousayamerica
| The raspoutine news